Tu peux franchir la ligne d'arrivée

Dernière mise à jour : 12 mars 2021


Bonjour chère et précieuse toi.

Alors que je commence à rédiger ce nouveau billet, je ne peux m'empêcher de me demander si notre échange de la semaine dernière t'a été d'une quelconque utilité. J'ai essayé de t'expliquer avec amour que "décider" de réaliser quelque chose n'est pas aussi compliqué qu'on le croit parfois. Il s'agit juste de prendre la décision de la faire. C'est tout.

Une fois qu'on a décidé, il faut définir les étapes ou micro-étapes, en fonction de notre fonctionnement personnel. Là aussi, on se lance parfois dans des programmes dignes d'un expert en planification... Une phrase qui m'a marquée et qui est aujourd'hui comme un mantra pour moi est "le seul travail qui ne finit pas est celui qu'on n'a pas commencé". Du coup, ma première étape en général est aussi simple que "me lever", "prendre mon ordinateur", "prendre mon téléphone"... 😅. Tu peux dire sans craindre de m'offenser que je viens de loin. C'est vrai. Je viens de très loin. Heureusement que "la fin d'une chose vaut mieux que son commencement" (Ecclésiaste).

Même si tu me dis aujourd'hui que mon dernier article ne t'a pas été utile, je ne m'en inquiéterais pas, parce que je sais qu'en réalité, il ne t'a pas encore été utile 😊. En attendant que ce moment arrive, j'aimerais t'éviter de commettre la même erreur que moi : te juger durement et culpabiliser. Au contraire, aime-toi plus, encourage-toi plus, dis-toi des mots doux, félicite-toi pour chaque chose que tu fais au quotidien. Oblige ton esprit à te lâcher la grappe et à te nourrir de pensées positives à ton propre sujet. Rappelle-toi que ta valeur ne dépend pas de tes actions ou de ton inaction, mais de Celui qui t'a créée. Tu es précieuse, tu es une merveilleuse créature, tu as de la valeur, que tu passes à l'action ou pas.

Une fois ton découpage terminé, tu passes à la phase Action. Elle est gratifiante parce que tu réalises que chaque action que tu poses te rapproche de ton rêve. Il peut arriver cependant, que ton élan soit interrompu par une situation inattendue mais importante, ou par la fatigue, la procrastination, le découragement, le doute, ou juste l'oisiveté, etc.

Le point crucial à cette étape n'est pas TOI, mais ton "POURQUOI". En effet, on a deux possibilités :

1- s'en prendre à soi, s'apitoyer sur son sort, baisser les bras et accepter la défaite. Résultat : on s'autodétruit, on souffre, on fait souffrir les gens autour de nous.

2- réfléchir à la raison qui nous a poussés à prendre la décision d'agir. Résultat : on ne lâche pas prise et même si ça prend du temps, on finit par retrouver son désir d'agir très rapidement.

Si tout comme moi tu as choisi la deuxième possibilité, sache que ma méthode infaillible (à ce jour) qui m'aide dans ma réflexion est la triple exposition :

- M'exposer en m'ouvrant à une personne bienveillante, qui respecte mon combat (même si elle ne le comprend pas), et qui a la capacité de redonner la vie à mes rêves par ses mots;

- M'exposer à tout ce qui m'inspire (film, série, bouquin, vidéos YouTube, Bible, Musique, etc...)

- M'exposer en passant du temps avec une personne de mon cercle très proche qui est dans la même démarche que moi, pour sa propre vie.

Au delà de tout ça, je pense que la véritable raison pour laquelle je continue de me relever après être tombée un nombre de fois incalculable est que, Celui qui m'a créée, qui m'a aimée, qui définit ma valeur, n'a jamais et ne va jamais baisser les bras. Pire que ça : quand Il m'a façonnée dans le ventre de ma mère, Il savait à quoi ressemblerait chacune de mes journées. Il savait que je tomberai tellement de fois que mes doigts des deux mains et des deux pieds ne suffiraient à tenir le compte. Il savait toutes les choses horribles, dévalorisantes, honteuses que je ferai. Mais malgré, Il a dit :"Yes! tu es mon Joker! Je te choisis, je t'appelle, toi Anaïs Pascale Wouappi Noupianga, parce que tu es exactement la femme de la situation. Toi et personne d'autre.". Oui, Il m'a appelée par mon nom, mise à part et équipée pour un travail spécifique, pour lequel je suis parfaitement taillée, jusque dans mes expériences de vie.

Quand on réalise qu'on est aimée d'un tel amour, on ne s'inquiète de faire les choses vite, d'être parfaite, ou d'être à la hauteur. On l'accepte, on se l'approprie, et on respecte l'objet de cet amour (c'est à dire "nous-même") et le rythme auquel on fait les choses.

C'est ainsi que le cercle vertueux se met en place :

plus je respecte mon rythme => plus je suis à l'aise et confiante => plus je prends plaisir à voir les choses être faites => plus mon rythme augmente pour s'adapter à ce désir grandissant que j'ai de voir les choses être faites.

Holà! C'était long! j'ai l'impression de m'être moi-même perdu au milieu de tout ce que j'ai dit... Mais si tu devais ne retenir que 3 mots, je te proposerai :

Décision - Micro-étape - Exposition.

C'est ce qui m'aide aujourd'hui à avancer.

J'espère de tout mon cœur qu'il en sera de même de toi.


Avec amour,

Anaïs

0 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout