Thermomètre ou thermostat ?

Dernière mise à jour : 12 mars 2021




Bonjour très chère et précieuse toi,

J'espère que tu te portes à merveille. Pas forcément dans ton corps, mais surtout dans ton cœur, car d'après un proverbe ancien, "un cœur joyeux est un excellent remède ".

Cette phrase fait partie d'un répertoire de paroles sages qui ont été prononcées quelques centaines d'années av. JC, mais qui n'ont jamais été aussi vraies que de nos jours.

Les médecines moderne, orientale, et bien d'autres encore, face à certains maux, préconisent aux patients d'assainir l'environnement dans lequel ils vivent en évitant les contrariétés et en privilégiant les émotions positives comme la joie.

Si la joie est si importante pour nous, pourquoi est-elle de plus en plus rare dans nos vies quotidiennes? Je ne parle pas du sourire forcé que tu affiches pour éviter de passer pour la grincheuse de service, ni du rire jaune dont tu es si coutumière sur le lieu du travail ou avec la bande de potes, ni même de la bonne humeur que tu ressens quand tu es avec les autres et qui disparaît aussitôt que tu te retrouves seule.

Je parle de cette émotion qui vient du plus profond de ton cœur, comme des petites bulles qui éclatent dans la poitrine, provoquent des chatouillements internes, qui s'expriment à l'extérieur par un sourire chaleureux illuminant le regard, ou une crise de fou rire incontrôlable. Je parle de cette émotion qui se manifeste par une paix et une bonne humeur que même les bouchons sur le trajets, quand on est en retard et qu'on a renversé du café sur son chemisier blanc, n'arrivent pas à faire faiblir.

J'ai fait un constat par rapport à ma propre expérience... Ma joie était arrimée aux circonstances de ma vie: le jour où j'ai un style qui déchire, où tout le monde me fait des compliments, j'assure à mon boulot et pose une ou deux "bonnes actions" (tu as compris que je grossis les traits n'est-ce pas?), c'est sûr que le soir, je suis joyeuse. Si par contre, je n'arrête pas de faire des erreurs au bureau, ou que la caissière auprès de laquelle je règle mes courses me manque de respect, il y a de fortes chances pour que ma joie plie bagage et s'offre un petit séjour loin de moi...

Le pasteur, conférencier et auteur Yvan Castanou a dit ceci un jour : "si tu t'es levé du pied gauche, mon gars, recouche-toi et lève toi du pied droit !". En d'autres termes, pourquoi tu laisses à l'environnement et à ton contexte le droit d'influencer la qualité de ta vie?

Ça m'a marqué car j'ai réalisé alors qu'être joyeuse c'est ma responsabilité : est-ce que je suis obligée de m'énerver quand la personne au guichet me manque de respect? est-ce que le fait d'attendre 1h chez Leroy Merlin, alors qu'on a pris rendez-vous pour le retrait de son colis 1 semaine à l'avance, justifie que je perde patience et passe mes nerfs sur les personnes présente ? J'ai appris avec le temps à répondre NON!

Souvent, le fait de s'énerver et de taper du poing sur la table nous donne l'impression qu'on a du cran et nous rassure dans un certain sens.

Mais que se passerait-il si, face à une situation tu oubliais un peu ta propre personne et regardais l'autre, pas ce qu'il(elle) fait mais qui il(elle) est? Et si, tu décidais de ne plus plus être un thermomètre (qui prend la température et s'y adapte) mais plutôt un thermostat (qui définit la température de la pièce) ? Quelle impact une telle résolution pourrait avoir sur ta vie de famille? ta vie professionnelle? tes relations avec tes amis? (Je te laisse essayer toi-même, pendant une semaine, et me dire ce que tu en as pensé.)

Si tu décides de considérer tes émotions pour ce qu'elles sont, c'est à dire des alarmes qui t'avertissent que quelque chose dans ton environnement t'affecte, tu réalises que c'est à toi de les contrôler. La colère, l'envie, la tristesse, la peur, tu as tout ce qu'il te faut au dedans de toi pour ne pas céder à ces mauvaises conseillères :

Tu es une conquérante qui a tout ce dont elle a besoin pour conquérir ses émotions, et être dans la joie à toute heure du jour et de la nuit.

Tu peux être dans la joie même après une journée à glander alors que tu as du travail.

Tu peux être dans la joie même après avoir tout fait de travers.

Tu peux être dans la joie même si on t'a dit des choses dures et blessantes au bureau.

Peu importent tes circonstances, tu peux être dans la joie, parce que Ton Créateur t'a créée non pour créer/chercher/provoquer la joie, mais pour la recevoir de Lui-même. Il a mis en toi un réceptacle dans lequel Il veut déverser, chaque jour, une joie que rien ni personne ne peut effacer, une joie qui te remplit, déborde, et se déverse sur ceux qui sont autour de toi pour aussi les remplir, déborder et se déverser ensuite sur ceux qui sont autour d'eux, etc.

Cette joie n'est pas réservée à une catégorie de personnes, mais elle est pour tous! Essaye toi aussi. Demande à ton créateur de te faire goûter cette joie que Lui Seul donne, et raconte-moi en commentaire comment tu l'as vécu!


Avec amour,

Anaïs

2 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout