Pour toi qui ne méritait pas ça

Dernière mise à jour : 12 mars 2021



Chère et précieuse toi, bonjour!

Je suis heureuse de te retrouver après ces nombreux mois de silence. Je suis partie, sans dire un mot, sans crier gare. Je te demande pardon. C’est un peu léger comme excuses, je sais. J’ai prévu de te raconter une autre fois et bien en détails ce qui s’est passé. S´il te plaît, prends ton mal en patience et donne-moi un peu de temps pour préparer cet échange un peu... douloureux? Inconfortable? Bon on verra à ce moment là 😅

Aujourd’hui, je rétablis la communication avec toi par une démarche assez délicate.

Au lieu de parler des difficultés que j’ai traversées (ou que je traverse), j’aimerais prendre un moment pour parler de toi. J’aimerais que nous nous arrêtions quelques moments pour regarder à ton cœur meurtri et y appliquer un baume qui je l’espère, l’apaisera.

Oui, c’est vrai! Tu as été victime d’une injustice et frappée pour des fautes que tu n’as pas commises.

Ton corps d’enfant a encaissé des châtiments horribles, auxquels tu as survécu par la grâce de Dieu (tu préfères peut-être dire la chance? Tu peux).

Ton âme a été froissée, foulée aux pieds comme des feuilles mortes en automne, par les propos agressifs, dévalorisants et destructeurs que tu entendais quotidiennement.

Tu étais seule contre tous. Ils se sont acharnés, certains au nom d’un amour mal appris et donc mal compris, d’autres par pure méchanceté. Tes larmes ne les ont pas émus. Ta peau qui se déchirait sous la pluie des coups ne les a pas retenus. Whip. Whip. Whip.

Aucune oreille n’était disposée à entendre ta version des faits. Être jeune était ton péché, et à l’unanimité, les jurés et juges t’ont déclarée coupable. De toute façon, tu n’avais pas d’avocat pour faire entendre ta voix. Alors tu as choisi le silence. Tu as accepté « ta » faute et purgé « ta » peine... Au final, tu as réussi à te libérer des griffes de l’oiseleur, tant bien que mal. Aujourd’hui encore, je vois les bosses, les bleus, les cicatrices, et autres traces qu’il a laissés en toi. Je ne peux pas m’empêcher d’avoir le cœur brisé.

Je ne suis pas de ceux qui devraient te le dire, mais je le ferai tout de même. Parce qu’il est important que tu entendes ces mots :

TU ÉTAIS INNOCENTE.

TU N’AVAIS RIEN FAIT DE MAL.

TU NE MÉRITAIS PAS ÇA!

Je prête ma plume (ou plutôt mon clavier) à ces personnes aujourd’hui, et en leurs noms, je te demande pardon.

Je sais que ton cœur immense va répondre « oh! mais ce n’est pas grave, j’ai passé l’éponge, je vis ma vie maintenant, j’ai pardonné », parce que tu aimes donner aux autres. Mais à toi alors? Est-ce que tu seras généreuse avec toi comme tu l’es avec eux?

Plus que leur accorder ton pardon, je te demande de te pardonner à toi-même. C’est normal que tu n’aies pas pu te défendre, que tu n’aies pas eu le courage de répondre ou de réagir, que tu aies fui ou que tu aies subi ces abus : tu étais une enfant. Tu n’aurais pas pu faire mieux.

Tu méritais d’être aimée pour qui tu es, d’être choyée, dorlotée, protégée et respectée.

S’il te plaît, regarde-toi dans le miroir, prends toi dans tes bras, et dis à la petite fille que tu étais et qui vit encore en toi, qu’elle n’a rien fait de mal, et que désormais elle est aimée et respectée de tous. Elle n’est plus une victime, elle n’a plus rien à craindre de qui que ce soit. Surtout, surtout, surtout! Elle n’est plus seule: toi, l’adulte, tu es désormais là pour prendre se défense et remettre quiconque l’agresse ou la menace à sa place.

Moi, qui t’aime, je serai toujours là pour toi, pour t’aimer du mieux que je peux.

Et au dessus de mon amour, il y a Son Amour! Celui qui t’a couvert et choyé avant même que tu ne viennes dans ce monde, qui t’a gardée durant ces moments difficiles et qui aujourd’hui encore, te porte à bout de bras quand tu es épuisée et que tu n’en peux plus.

Ma prière pour toi est que Tu acceptes de Lui donner une chance : comme un laser pendant les séances de détatouage, Son Amour pourra localiser chaque trace que tu portes en toi, la décomposer, en minuscules fragments dont Il te débarrassera Lui-même. Toutes ces bosses, ces bleus, ces cicatrices, et autres traces auront vite fait de disparaître son l’action de Son Amour inconditionnel.

Je déclare une chose dans ta vie à partir d’aujourd’hui : la Liberté, la vraie! Celle que seul son Amour permet d’expérimenter.

Si ce billet te fait du bien, n’hésite pas à me le dire : j’ai hâte d’entendre le récit de ta révolution intérieure! 😆


En attendant notre prochaine rencontre, n’hésite pas à faire un tour dans la boutique des compagnons d’encouragement qui s’est enrichie d’une panoplie de nouveaux articles! 🎉


Avec amour,

Anaïs.

5 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout