Garde ton cœur plus que tout

Dernière mise à jour : 12 mars 2021



Chère et précieuse toi, bonjour!


Ça fait maintenant une semaine que le reconfinement nous a été annoncé, et j’aimerais savoir comment tu vis cette situation. Elle semble simple et comfortable, moins difficile à vivre que le premier confinement : on peut travailler, aller à l’école, faire nos courses, aller chez le médecin ou à la pharmacie, etc. Même si on ne peut pas se permettre de sortie « plaisir » (hormis une heure de sport ou de balade autour de sa maison), la vie quotidienne ne semble pas si affectée que ça.

Ça ne m’empêche pas de me poser une question importante à mes yeux : comment ton subconscient accueille cette situation ?

En ce qui me concerne, cette annonce est arrivée à un très mauvais moment. Les efforts de distanciation et tout ce que j’ai mis en place pour vivre au mieux cette annonce, n’ont pas rendu ces premiers jours de reconfinement plus appréciables. Voici les 3 raidons qui expliquent cela :

  • la surprise : je vis seule et sans télévision. De ce fait, les seuls moments où je suis rappelée à la réalité du coronavirus sont quand je dois sortir et/ou interagir avec d’autres, dans le cadre des activités associatives dans lesquelles je m’investis. Je peux donc dire que malgré le matraquage médiatique autour du Covid 19, l’annonce du reconfinement a été une surprise. Pas une grosse, pas un choc, mais un léger effet du genre « ah bon?! À ce point? ».

  • Les émotions ébranlées : la semaine qui a précédé cette annonce a été difficile sur le plan émotionnel. Une succession d’événements m’avait plongée dans une grande tristesse et je n’en étais pas vraiment remise (Dieu seul sait si je m’en remettrai un jour).

  • Le transfert de fatalisme : Au cours des heures qui ont précédées le confinement, j’ai longuement échangé avec une personne qui se qualifie elle-même de complotiste (adepte de la théorie du complot), et bien entendu les propos fatalistes qu’elle tenait ne m’ont pas laissée indifférente. Tout ce dont j’avais besoin pour mieux me préparer à ce qui arrivait. #ironie

Tous ces éléments ont, sans que je ne le réalise, suscité plusieurs émotions négatives, les plus fortes étant la colère, le profond sentiment d’impuissance et l’angoisse par rapport à l’avenir. Qu’est-ce que mon subconscient a fait quand on a annoncé le confinement? Il s’est mis en veille. Pas longtemps, mais il l’a tout de même fait : il se sentait déjà submergé par toutes les situations auxquelles il était confronté, cette annonce était le prétexte qu’il attendait pour baisser les bras et m’éviter d’affronter mes pensées, mes sentiments, mes émotions.

Une fois de plus, tu te demandes pourquoi je te partage ma vie… la raison est simple : pour que tu réalises que tu n’es pas seule. Si tu fournis des efforts pour mieux vivre le confinement, et si malgré tous ces efforts tu te sens toujours mal à l’intérieur, ce n’est grave, ce n’est pas la fin du monde et ça ne fait pas de toi une personne X ou Y car, souviens-toi que ton identité n’est pas liée à ce que tu fais (ou pas) mais à qui tu es! Alors ne t’en veux surtout pas. Ne sois pas complexée.

Attention quand même! J’aimerais te mettre en garde contre l’habitude, parfois inconsciente qu’on a, de réagir en fonction de ce que la société et les médias nous suggèrent. Par exemple: se plaindre et souffrir à cause du reconfinement parce que tout le monde autour de nous, à la télé,... s’en plaint et dit en souffrir. Alors qu’en réalité, si on se posait trois secondes pour se demander ce qu’on ressent vraiment vis à vis de la situation, on se rendrait compte qu’on ne le vit pas aussi mal qu’on le dit.

Après ce témoignage et cet état des lieux sommaire, j’aimerais te proposer trois choses concrètes qui pourraient t’aider, peu importe ce que tu ressens, à poser un regard différent sur le confinement :

1/ ÉCOUTER ton être intérieur : ce n’est pas lui obéir mais l'écouter. Tu as besoin d’être à l’écoute de tes propres émotions, de tes besoins, de ton cœur. Parce que quand tu n’écoutes pas ce que tu te dis ou ce que tu dis de toi, tu ne contrôles pas la pensée que ça engendre, or « une pensée engendre une action, qui elle-même devient un comportement qui devient ensuite une habitude; l’habitude définit le cours que va prendre notre vie. » Une pensée incontrôlée peut gâcher notre vie. Il est donc capital de reprendre le contrôle de nos pensées et pour reprendre le contrôle de notre vie. Et ça, ça passe par écouter la voix en toi qui te parle de toi.

2/ ÉCOUTER les autres : tu connais la phrase qui dit « fais aux autres ce que tu veux qu’on fasse pour toi » ? Par exemple si tu veux être aimée, commence par aimer. Si tu veux être servie, commence par servir. Si tu veux être écoutée, commence par écouter. Si tu ne veux pas être seule, commence par passer du temps avec ceux qui sont seuls. Être à l’écoute de ton environnement te permets d’identifier les problèmes que les gens autour de toi rencontrent. Quand tu commences à être une solution à ces problèmes, tes propres problèmes t’apparaissent sous un jour nouveau et les solutions te viennent plus naturellement. L’autre avantage est que tu remplaces la douleur et la souffrance qu’engendrent tes problèmes, pas le plaisir, la satisfaction et le sentiment d’accomplissement que produit le fait d’aider une personne. C’est tout benef pour toi!

3/ ÉCOUTER Ton Créateur : Pourquoi c’est important de L’écouter? Parce qu’Il te connaît mieux que personne! Il connaît ton cœur, tes craintes, tes angoisses, tes problèmes, etc. Il sait ce que Tu as besoin d’entendre, les mots d’amour et d’encouragement et de motivation qui peuvent de libérer et te relever de toute situation. Et comme on dit, « la foi vient de ce qu’on entend ». À toi de décider : soit tu te nourris en longueur de journée de ce que les médias relayent sur le Covid qui devient le maître du monde, soit tu te nourris de paroles de vie : amour, encouragement, motivation, liberté. À toi de voir qui tu veux être et quel terreau il faut pour que cette personne se révèle chaque jour un peu plus.

Avant de te quitter, j’aimerais te partager une phrase qui a pris tout son sens pour moi dans cette période : « garde ton cœur plus que tout car de lui viennent les sources de la vie ». La traduction en anglais dit « keep your heart with all diligence ». J’ai réalisé au travers de cette expérience combien le cœur est délicat et fragile. Le garder et le protéger de toute agression extérieure est un choix intentionnel. C’est un travail qui demande attention et diligence car quand on ne protège pas son cœur, il est attaqué, il va mal et il influence tous les aspects de nos vies.

J’aimerais donc te proposer quelque chose: tout au long de cette seconde vague de confinement, fixons-nous pour objectif de protéger nos cœurs de tout ce qui leur est nocif et toxique, en nous exerçant quotidiennement à écouter nos voix intérieures, notre environnement, Notre Créateur.


Avec amour,

Anaïs.

4 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout