Come back!

Chère et précieuse toi,


Je suis enfin de retour après une très longue pause! J’espère te trouver en très bonne santé physique, émotionnelle et morale.


Qu’es-tu devenue au cours des derniers mois ? Parce que oui, la première moitié de l’année 2021 a eu le temps de s’écouler…

Pour ma part, il y a eu beaucoup de changements : comme tu peux le constater, le blog a fait peau neuve et la boutique des compagnons d’encouragement quant à elle n’est plus 😢 Je te raconterai à un autre moment (et si tu le souhaites) pourquoi j’ai pris cette décision.

À côté de ça, j’ai commencé à travailler sur un tout nouveau projet, qui a pour objectif de t’aider au quotidien à faire la paix avec toi-même. Je te donne rendez-vous dans quelques semaines pour le découvrir.

Je crois que les changements les plus importants de ces derniers mois sont paradoxalement ceux qui ne sont pas visibles, ceux qui se sont passés en moi. Avec le temps, tu le découvriras aussi, je les mentionnerais probablement de temps à autre sinon, ça prendrait beaucoup de temps, et surtout nous détournerait de notre but principal : toi! ☺️

Pour cette reprise, j’ai choisi de revenir sur un sujet que nous avons déjà évoqué : l’identité.


gif

Petite question pour commencer : comment est-ce que tu déclines ton identité ?

Peut-être qu’en plus de ton nom et prénom tu indiques ton métier, ta situation familiale, ou certaines responsabilités que tu endosses…

Est-ce que tu t’es déjà posé la question de savoir si ce complément d’information que tu fournis ne constitue pas plutôt des choses que tu “fais” ? Ça me rappelle cette question qu’on nous a posée à toutes quand nous étions encore des enfants : Qu’est-ce que tu veux être quand tu seras grande ? La réponse en général correspondait au métier que nous rêvions d’exercer (cosmonaute, docteur, policier, princesse, etc…).

Quand j’ai commencé à m’interroger sur mon identité, j’ai réalisé qu’elle était étroitement liée à ce que je faisais, mon activité professionnelle. Or celle-ci ne contribuait pas à mon épanouissement, au contraire. Ça posait un vrai problème : une partie de mon identité était étroitement liée à la souffrance émotionnelle que je vivais. Je voulais m’en séparer mais que serais-je devenue sans elle ?

Alors quoi ? ce qu’on fait ne fait pas partie de notre identité? (Merci de me poser la question, je me sens moins seule 😅 ).

Ma réponse à cette question est que cette question n’est pas tout à fait la bonne.

La question n’est pas de savoir si identité et activité ne font pas bon ménage ensemble, mais plutôt quelle est la place de chacune dans le ménage.

J’ai réalisé que pour qu’il y ait équilibre, il faut que la bonne priorité soit respectée : D’abord je suis, ensuite je fais, et après j’ai.

Si on cherche d’abord à faire ou à avoir, on ne tient pas compte de qui on est, et un déséquilibre se crée. Cornelius Lindsay l’a très bien résumé dans cette phrase : “la priorité pour un être humain est de découvrir qui il est, et non pas ce qu’il veut faire ou avoir. Dans le cas contraire, notre espèce se serait appelée faire humain ou avoir humain.”


Pour résumer, parce que tu sais qui tu es, tu trouves la bonne chose à faire pour toi, et ça te permet d’avoir ce qu’il te faut pour être épanouie!


gif

Tu l’auras compris, il n’y a pas d’âge pour entreprendre cette réflexion. Le golden moment pour chercher et trouver son identité, c’est à partir du moment où on réalise qu’on ne la connaît pas.

De cette connaissance de soi va suivre l’acceptation, l’appréciation et le respect de soi. Et parce qu’on se respecte, on sera exigeant quant à ce dans quoi nous investissons notre ressource la plus précieuse, c’est à dire notre temps. On va s’efforcer de trouver une activité qui correspond à nos valeurs, nos attentes, nos aspirations, nos objectifs (activité principale ou hobby ou activité secondaire…). Et au-delà de l’argent (qui peut ne pas être un objectif pour quelques uns), le fait d’expérimenter cet alignement entre nous, nos valeurs et notre activité va nous procurer reconnaissance, joie et épanouissement.


J’espère que ce billet t’aura donné envie de te poser la question “qui suis-je” et surtout de chercher les bonnes réponses à cette question là.


Pour terminer, je souhaite partager avec toi une phrase, initialement citée par Austin George, mais que j’ai découvert dans le film 3 Idiots de Rajkumar Hirani (un de mes préférés 🤩 ) : “Pursue excellence and success will follow pants down” (Recherche l’excellence et le succès va te poursuivre le pantalon aux chevilles).


Avec amour,

Anaïs

18 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout